domingo, 22 de abril de 2012

Le PSG tamponne Sochaux

Au terme d'un match ouvert, agréable, riche en buts, mais à sens unique, le PSG recolle sur Montpellier et reprend confiance.



PSG-Sochaux : 6-1 

Buts : Pastore (5ème), Motta (25ème), Ménez (44ème), Nene (55ème), Nene (60ème), Armand (92ème) pour le PSG. Maïga (12ème) pour Sochaux.

Avec cinq points de retard sur Montpellier, le PSG ne devait pas se laisser distraire en ce dimanche électoral pour ne pas se laisser distancer dans le sprint final avec un retard qui pourrait s'avérer rédhibitoire. Inspirés contre une équipe sochalienne qui n'a pas fermé le jeu, les Parisiens se sont fait plaisir.


Pastore calme les critiques

Avec Bodmer et Pastore d'entrée mais sans véritable pointe, Ancelotti montre ce qu'il attend : une équipe qui doit tenir la balle, une équipe qui doit maîtriser son sujet au Parc. Les premiers enchainements parisiens lui donnent raison. Le PSG a l'air en jambe. Dès la 5ème minute, Pastore et Nenê combinent, une-deux, Pastore s'aventure dans la surface, met à l'amende Corchia, crucifie Richert, ouvre le score et part embrasser sa mamounette dans les tribunes. Pastore est juste un grand enfant qui a besoin d'amour. En fait. Ou de jouer devant ses parents. Paris a l'air bien. Mais non, Modibo Maïga répond au tac au tac sur une ouverture de Marvin Martin. L'attaquant part seul défier Sirigu dans les airs, lui passe devant et égalise de la tête dans la foulée. Tiens, encore un but de la tête. Ce PSG-là a décidément du mal à tenir un score.

Nenê sert Pastore dans la surface qui se fait reprendre par Carlao. Ménez croise trop sa frappe, Maïga trouve le poteau, Ménez banane Yaya Banana et bute sur Richert. Oui, ce match part dans tous les sens. Sur un coup-franc de Nenê, Alex se prend pour Bruce Bowen, cale un petit bloc sur Carlao discretos et Thiago Motta, seul au point de penalty, double la mise, encore de la tête. En électron libre, Pastore est partout et se régale. Sirigu s'allonge sur une frappe de Boudebouz. Juste après, Pastore décale Tiéné qui déborde, et sert Ménez dans la foulé qui inscrit le troisième but parisien. Nenê va marquer le quatrième mais non, Monsieur Bien voit mal et siffle une faute imaginaire.

Nenê aussi

Paris repart fort, Paris combine, Paris avance, Sochaux court. C'est un peu l'histoire de ce début deuxième mi-temps même si les Doubistes ne désarment pas et tentent bien quelques petites intrusions dans la camp parisien. Bodmer décale Jallet qui centre, Richert sort à l'aventure, et Nenê, seul, y va de son petit but tranquille au deuxième poteau. Nenê toujours est trop altruiste et manque de peu le 5ème but. Pas grave, sur l'action qui suit, servi par Motta, il dribble Richert et cale son petit doublé. Pastore sert Ménez qui frappe, Richert est cette fois bien placé. Armand aussi y va de son petit but dans les arrêts de jeu. 

Oublié les errements bourguignons de la semaine passée, Paris s'est régalé et Sochaux a lâché dans une deuxième période à sens unique. Ce n'est pas un détail, avec ce carton, Paris revient sur la différence de buts montpelliéraine. Et a retrouvé quelques certitudes. Ménez et Nenê ont joué juste sans trop en faire. Bodmer et Pastore ont prouvé que, malgré leurs profils similaires, ils pouvaient être complémentaires. Et Paris a mis 6 buts sans pointe sur le terrain.


sofoot

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada